Une nouvelle poésie de la savane …

Pour L.

Ô ma gazelle

Si j’avais des ailes

Comme l’alouette

Je crierais à tue-tête

Un cui-cui-cui d’amour

Plus fort qu’un tambour

Je ferais un bazar

Pire qu’une fanfare

Le hic, ma gazelle

C’est que je n’ai pas de zailes

Juste quatre pattes bêtes

Qui font plouf dans l’herbette

Et mes cui-cui-cui d’amour

Sont du genre balourd

(roâââââr ! roâââââr !

je sais, c’est pas de l’art !)

C’est pour ça que j’ai fait

Pour toi, ô ma fée

Ce petit poème

Qui dit que je t’aime.

Et toi, tu dis quoi, hein ?

Rien ? Rien de rien de rien ?

Ah bon.

G.

Laisser un commentaire

Votre adresse email n'est jamais publiée ni partagée. Les champs requis sont marqués par *